AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
BIENVENUE SUR PANEM & CIRCENSES.
Nous vous invitons à nous rejoindre sur Bazzart et PRD au plus vite.
Nous n'acceptons plus les anciens vainqueurs !

Partagez | .
 

 neo ▲ don't give up just because things are hard.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



Tributs tués : 77
Pseudo : Alaska.
Avatar : Logan Lerman.
Age : 23 ans.
Habite au : district quatre
Emploi : Pêcheur.
Humeur : Troublé.
Idéologie : Anti-Capitole.

MessageSujet: neo ▲ don't give up just because things are hard.   Jeu 25 Avr - 12:56



neo bellacqua


« you don't give up just because things are hard. »

Mon personnage se nomme neo bellacqua. Il est âgé de 23 ans et vient du district 4. neo est actuellement pêcheur. Cela ne lui permet pas vraiment de vivre correctement, mais bon il a gagné les hungers games alors il ne manque pas d'argent. La vie en a décidé ainsi. Par rapport à la situation actuelle, mon personnage pense qu'il faut absolument en finir avec les jeux. Enfin, voici ses forces et ses faiblesses : il est courageux, rapide et vif d'esprit, mais également indécis, impulsif et arrogant.




+ REAL OR NOT REAL ?


Prénom / Pseudo : Justine/Alaska. ♢ Âge : 18 piges. ♢ Fréquence de connexion ? 4/7 jours. ♢ Comment avez-vous connu le forum ? Bazzart, pour vous servir. ♢ Comment le trouvez-vous ? Très joli, j'ai suivi le projet à la loupe et il est prometteur. ♢ Hunger Games dans tout ça ? J'ai hâte que Catching Fire sorte. ♢ Un petit mot à rajouter ? C'est mon dernier mot Jean-Pierre Foucault.









Dernière édition par Neo Bellacqua le Jeu 25 Avr - 19:43, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Tributs tués : 77
Pseudo : Alaska.
Avatar : Logan Lerman.
Age : 23 ans.
Habite au : district quatre
Emploi : Pêcheur.
Humeur : Troublé.
Idéologie : Anti-Capitole.

MessageSujet: Re: neo ▲ don't give up just because things are hard.   Jeu 25 Avr - 12:56

+ A PIECE IN THEIR GAMES


On se demande parfois ce qu’aurait été notre vie si on était né ailleurs, dans une autre famille, à une autre époque. On se demande si on aurait été plus heureux, plus aimé, plus riche, plus beau, quel genre de personnes on aurait côtoyé. On se surprend à rêver d’une autre existence à laquelle on n’aura jamais droit, une existence illusoire qu’on pense vivre la nuit dans nos songes les plus secrets. On ferme les yeux, on se coupe du monde dans lequel on évolue pour devenir souverain d’un univers fantastique dans lequel on contrôle tout, dans lequel on a tout ce que l’on veut. Alors le matin on ouvre de nouveau les yeux et on subit notre existence avec tous les défauts qu’elle comporte, on se demande pourquoi nous et pas un autre. Pourquoi on vit ? Pourquoi on meurt ? Pourquoi on rit ? Pourquoi on pleure ? Pourquoi, pourquoi, tant de questions auxquelles on ne répond jamais. Toute sa vie on part en quête d’un "Grand Peut-être", toute sa vie on se demande si on a fait les bons choix, si malgré le fait qu’on n’ait pu choisir l’endroit d'où l'on vient, on peut toujours choisir où l'on va.

« Doucement Neo, doucement … Approche avec légèreté, rapidité et en silence. Regarde, comme ça. » dit l’homme d’une voix si charismatique que le petit garçon, d’habitude débordant d’énergie, ne voulut contredire. Fasciné, il regarda son père abattre le harpon sur le poisson et le ressortir fièrement de l’eau. « Bravo ! » s’exclama-t-il avec un sourire. « A toi maintenant, allez. » Neo regarda autour de lui, un sourire fin sur les lèvres. Il faisait un soleil radieux et un vent léger faisait danser les roseaux et herbes hautes dans lesquelles ils avançaient. Sur la plage était assise sa mère qui les regardait avec bienveillance. Quand sa proie entra dans son champ de vision, le jeune homme hésita un instant : pouvait-il vraiment ôter la vie d’un poisson, juste pour le plaisir ? Tuer, il n’aimait pas ça. Mais il réagit vivement et toucha sa cible en plein dans le mile. « Félicitation mon fils, tu seras un véritable pêcheur. » dit son père en riant. Neo rit aussi, mais son sourire s’effaça bien vite. « Et si je suis pris, à la moisson ? Si je meurs dans l’arène ? Qui est-ce qui reprendra le flambeau ? Je ne veux pas y aller … » lâcha-t-il tristement et tremblant. Son père serra la mâchoire et posa sa main sur son épaule. « Tu ne seras pas choisi, je te le promets, d’accord ? Il y a énormément d’enfants ici, tu ne participeras pas aux Hunger Games Neo. » Le petit garçon hocha la tête et se détendit un peu. Non, il n’irait pas dans l’arène, son père avait raison. Tous deux profitèrent encore de ce moment privilégié entre père et fils, sans se soucier de ce qui pourrait arriver plus tard. De temps à autre, des serpents effleuraient ses chevilles et Neo riait. « Ca chatouille ! » déclarait-il, se faisant disputer par son père parce qu’il faisait fuir les poissons. La vie au District 4 était douce et chaleureuse, lorsque ce n’était pas l’époque de la moisson. Neo évitait de regarder les Hunger Games à la télé, il ne voulait pas être témoin de ce massacre, ne voulait pas de cette curiosité malsaine. Pourtant, dans cinq ans, Neo Bellacqua serait dans l'arène.


« Tu viens Neo ? On va à la plage ! » Neo leva les yeux et mit sa main en visière. La belle Enyo qui faisait chavirer les cœurs se tenait devant lui, dans sa robe blanche. Son cœur faillit exploser quand elle prit sa main et l’entraîna en courant, hilare. D’autres enfants les rejoignirent dans leur course effrénée, se déshabillant en route pour se jeter à l’eau à leur arrivée. Le gagnant des quatorzièmes Hunger Games, Kaidan Hunter, devait arriver ce soir au District pour la tournée des Vainqueurs. Tout le monde au District 4 était terriblement excité et, avec les préparatifs de la fête qu’on lui avait prévue, personne n’allait à l’école ou travailler. Enyo se jeta sur son dos, attrapant ses jambes, ils foncèrent tous deux dans l’eau avant d’y tomber à plat ventre. Tout laissait présager qu’ils finiraient leur vie ensemble, comme s’amusaient à dire leurs parents respectifs. Leurs familles étaient très amies, et Neo avait la chance de côtoyer Enyo depuis toujours. Les autres garçons étaient morts de jalousie, et lui en était fier. Ils jouèrent ensemble à s’arroser et profiter d’être encore là tous ensemble, et se laissèrent tomber sur le sable, ivres de joie et de liberté. Pourtant les sourires s’effacèrent peu à peu des visages et la gravité habituelle s’installa entre eux. « La prochaine fois, ce sera l’un de nous. » déclara l’un de ses amis auxquel il tenait particulièrement. Enyo attrapa la main du garçon et la serra dans la sienne. Neo ne sut pas si la boule qui s’installa dans son ventre fut due à la jalousie ou à la fatalité des propos de son ami. Ils ne le savaient que très bien : leur groupe serait décimé, et les uns après les autres ils mourraient dans cette arène. « Rorig, dit Enyo, tu iras jamais dans cette arène. Personne ici n’ira, d’accord ? Et même si on y va on reviendra toujours, parce qu’on est invincibles ! » Voilà pourquoi tout le monde aimait Enyo : toute petite, sublime, elle aurait donné du courage à une armée entière à elle seule. « On sera tous derrière nos tributs. » conclue Neo avec un sourire doux. « DISTRICT 4 ! TOUS POUR UN ET UN POUR TOUS ! » s’exclamèrent-ils en cœur, revigorés. Ils s’endormirent tous main dans la main sous le soleil, avec la certitude que tout irait bien. Pourtant, dans trois ans, Neo Bellacqua serait dans l’arène.


« Dépèche toi Neo, on va rater son arrivée ! » cria Enyo en sautillant d’un pied à l’autre, surexcitée. Neo lui fit un bref signe depuis sa fenêtre. « Grouille Bellacqua ! » insista Rorig. Neo n’aima pas la façon dont il prit sa future copine par la main et se dépécha de descendre. Ses parents étaient déjà partis, aussi excités que ses camarades. Tous trois coururent et se frayèrent un chemin parmi la foule dense. Tout le monde voulait acclamer le dernier vainqueur qui honorait leur district. Neo réussit à se faire une place devant au moment où Kaidan Hunter apparaissait, un sourire triste aux lèvres. Neo ressentit un pincement au cœur, désespéré de voir ce garçon âgé d’un an de plus que lui à peine souffrirait toute sa vie. Mais ça, personne ne voulait le voir. C’était plus facile de penser qu’il était fier et heureux, et que son existence serait plus belle que celle qu’il avait menée jusqu’à maintenant. C’était plus facile de se forcer à ne pas penser qu’il était détruit, et que jamais il n’oublierait les visages de ces enfants morts dans l’arène. Neo frissonna quand son regard croisa le sien et il fit un signe de tête en guise de salut, sans pour autant sourire. Il voulait que Kaidan sache qu’il n’était pas dupe, et qu’il ne pourrait pas lui faire croire que tout allait bien. S’ils n’avaient jamais été franchement amis, tous deux se connaissaient, comme la plupart des enfants du district. Ils n’habitaient pas loin l’un de l’autre et faisaient parfois le trajet ensemble pour aller à l’école. Avant le banquet, Neo se débrouilla pour pouvoir l’approcher et lui parler. Mais contrairement aux autres, le jeune homme ne lui demanda pas si il avait eu peur, si il était heureux d’avoir gagné ou ce qu’il comptait faire de son argent, non, ça n’intéressait pas Neo. « Ne fais pas semblant d’être heureux si ça ne va pas. Le capitole serait trop content. » murmura-t-il en lui serrant la main. Le Capitole, Neo le détestait. Du haut de ses treize ans, il aurait tout donné pour le détruire définitivement. Puis il enchaîna, plus fort, pour ne pas éveiller les soupçons : « Félicitation. Et bienvenue à la maison. » « Oui, bienvenue ! » renchérit Enyo en esquissant un grand sourire. Tous deux s’éloignèrent alors, avec une crainte plus grande encore d’être choisis durant les prochains Hunger Games, sans savoir qu’un jour, Kaidan Hunter serait leur mentor et les soutiendrait dans la vie comme dans la mort. Parce que dans trois ans, Neo Bellacqua et Enyo Dubblewood seraient dans l’arène. Tous les deux.


« Tu es prêt, fils ? » demanda monsieur Bellacqua. Neo hocha la tête et prit une grande inspiration. « Allons-y. » Le jour de la moisson était arrivé. Dans deux ans, on ne l’obligerait plus à y aller. Deux ans, et il serait définitivement tranquille, sans avoir à craindre d’être choisi. Mais il n’avait que quinze ans, et il était encore éligible. Ils retrouvèrent Enyo, Rorig et leurs parents sur le chemin. Enyo attrapa leurs bras. Neo aurait espéré qu’elle rigole, qu’elle chantonne ou sautille comme d’habitude, mais rien. Elle était anxieuse et ses yeux rougis ; elle avait pleuré. Les deux garçons s’installèrent côte à côte et levèrent les yeux vers l’estrade. Le temps était gris et des gouttes de pluie s’écrasaient sur leurs visages, tel des larmes. La femme s’empara du micro et fit son discours habituel. « Et puisse le sort vous être favorable ! » dit-elle joyeusement. Monstre. Voilà le mot qui lui venait à l’esprit. Cette femme, et tous ces gens du Capitole étaient des monstres. Ils prenaient du plaisir à voir des enfants s’entretuer, à perdre toute trace d’humanité. Neo serra les dents et les poings. « Bien … commença-t-elle de sa voix mielleuse, qui va vous représenter cette année ? » Si elle était pressée de le savoir, ce n’était pas le cas des familles ici présentes, ni d’aucun de ces enfants au regard pur qui, bientôt, ne seraient plus que l’ombre d’eux-mêmes. « Hmm, un nom tout à fait ravissant pour une jeune fille qui, je présume, doit l’être tout autant ! Enyo Dubblewood, rejoignez-moi sur l’estrade ! » Neo crut que son monde s’effondrait. Rorig et lui réagirent brutalement, mais furent arrêtés par les gardes qui freinèrent leurs élans. « Et bien j’avais raison vous plaisez aux garçons ! » plaisanta la femme tandis que la petite blonde s’approchait de l’estrade, zizgzagant comme si elle allait tomber d’un instant à l’autre. Etrangement, personne n’aurait pu soupçonner qu’Enyo soit choisie ; personne. Enyo, ça avait toujours été cette fille pleine de vie qui donnait du courage et n’en avait pas besoin en retour, parce qu’elle était immortelle. Mais soudain, elle leur parut à tous terriblement fragile, et surtout beaucoup plus jeune. Oui car Enyo venait seulement d’avoir quatorze ans. « Du côté de nos charmants garçons, j’appelle Neo Bellacqua ! » Ce fut comme un nouveau coup de poignard en plein cœur. Dans un mois, Neo Bellacqua serait dans l’arène.

« Je te déteste ! JE TE HAIS ! Tu m’avais promis que j’irais pas dans l’arène, tu me l’avais juré ! » hurlait Neo en donnant des coups de poing sur le torse de son père. Celui-ci restait humble et droit, et Neo se sentit minuscule devant lui, terriblement lâche et indigne d’être un Bellacqua. Il savait très bien que son père n’y était pour rien, mais c’était tellement facile de tout lui coller sur le dos ! Sa mère le tint par les épaules et le força à reculer. « Doucement Neo. Doucement, mon ange … La vie est injuste, tu le sais. Nous aussi, on le sait. Mais on t’aime, et on a une confiance aveugle en toi. N’oublie jamais : discrétion, observation, et vivacité. Tu gagneras. On le sait, tu peux y arriver Neo. Ne doute pas un seul instant de ta force et de ton courage. » Neo se dégagea brusquement et montra la porte du doigt. « Je ne vais pas me battre pour moi mais pour elle. C’est une gamine ! Je ne laisserais jamais Enyo mourir, c’est elle qui doit gagner. » Sa mère soupira et caressa sa joue. « Tu dois vivre pour toi et pas pour les autres. Gagne, Neo. Ne nous déçoit pas. » Elle avait marqué un point. Elle savait pertinemment que la hantise de Neo était de décevoir ses parents. Mais il est un combat que l’on n’abandonne jamais, un combat qui va au-delà de la vie et de la mort et de toutes ces choses que l’on ne comprendra jamais. Ces mots résonnèrent dans son esprit, tandis qu’on l’arrachait à l’étreinte désespérée de ses parents. Le Pacificateur les traîna, Enyo et lui, jusqu’à la voiture garée devant le bâtiment. Leurs amis coururent autour de la voiture comme ils avaient coutume de le faire tous ensemble quand l’un d’eux partait, jusqu’à ce qu’elle soit trop rapide pour eux. Doigts liés, ils regadèrent avec une peine non dissimulée leur quartier sortir de leur champ de vision. Ils avaient peur et durant le trajet ils ne comptaient pas faire semblant d’aller bien. Parce que dans moins d'un mois, l’un des deux serait mort.


Le trajet en train passa beaucoup plus rapidement que prévu. Neo fut ravi de retrouver Kaidan Hunter qui avait été désigné pour être leur mentor. Neo et Enyo ne se lâchèrent pas d’une semelle, préférant être tués sur le champ qu’être séparés. Ils regardaient le paysage défiler, avec une pointe d’excitation mêlée de crainte. Pour deux gosses qui n’avaient jamais quitté leur district, tout semblait fantastique et irréel. Quand ils ne posaient pas de question à Kaidan ou ne partageaient pas des techniques pour survivre, ils mangeaient ou se divertissaient afin de ne pas sombrer totalement. Neo était mort de peur, mais pas pour lui : pour elle. Pour Enyo Dubblewood, cet ange blond tombé du ciel au sourire radieux et à la jolie robe à fleur. Pour Enyo Dubblewood, qui bientôt ne serait plus. Des deux, elle était encore une fois la plus courageuse. Et aux yeux de Neo, c’était purement et simplement insupportable qu’une gamine de quatorze ans le protège, et non l’inverse. Cette épreuve le fit beaucoup grandir, et bientôt il n’eut plus envie de pleurer. Il était calme et résigné, et il attendait d’affronter son destin avec un sérieux olympien. « Regarde Neo, le Capitole ! » trépigna-t-elle, le nez collé à la vitre. Il passa un bras autour de ses épaules et regarda à son tour. Les visages des habitants étaient radieux et ils leur faisaient des grands signes de main en guise de bienvenue. « Souriez. » conseilla Kaidan. Neo aurait volontiers faire l’inverse, si le simple fait de sourire n’était pas un des moyens les plus sûrs de sauver sa peau durant les Hunger Games. Il se força à sourire, alors que pour Enyo cela sembla naturel. « Bonjour ! » s’exclama cette dernière, quand la porte s’ouvrit. « Cette gamine a tout compris. » déclara la femme qui les avait moissonné, descendant à son tour. Neo leur fit des signes de main, effleurant certaines jeunes femmes au passage qui gloussaient comme des poules en chaleur. Neo avait un atout considérable : son physique avantageux. Avec ses cheveux bruns en bataille et ses yeux plus bleus que l’azur, il avait un succès phénoménal auprès de la gente féminine du Capitole. « Bien, très bien … » murmura la femme, visiblement ravie. « Bonne pêche, cette année ! » plaisanta-t-elle, en voulant recopier l’humour du district 4. Mais cela ne fit pas rire du tout Neo. Parce que bientôt, il serait dans l’arène.

Au Capitole, tout était radicalement différent que dans leur district. Ils rencontrèrent leur styliste et leurs maquilleurs et leur première représentation publique fut le défilé de chars. On avait attribué à Enyo et Neo des tenues extrêmement légères. « MAIS ! Je porterai pas ça, c’est transparent ! Nu devant des millions de personnes, c’était pas dans le contrat ! » dit Neo d’un air affolé en tournant et retournant le tissu entre ses doigts. « Ce n’est pas transparent, c’est magnifique. J’ai hâte que mes parents me voient dans une telle tenue, et j’espère que ce sera la dernière image qu’ils garderont de moi, et pas celle d’une adolescente partie trop tôt. » « Enyo ! » gronda Neo, agacé. Cette dernière hocha la tête et lia ses doigts aux siens. « Je sais Neo, désolée. » Il s’avéra qu’elle avait raison : les tenues n’étaient pas transparentes. Tandis que le char avançait sur la longue allée, leurs vêtements qui volaient dans leur dos étaient tel un véritable torrent, d’un bleu pur qui ne dévoilaient que certaines parties de leur corps, juste assez pour entretenir le désir. Ils tenaient chacun un trident en or et leurs mains étaient éternellement jointes. Jamais ils ne se lâcheraient. Enyo rayonnait, et les gens rayonnaient de la voir ainsi. Devant tant de beauté et de grandeur, Neo lui-même ne put s’empêcher de sourire. On les applaudit avec une joie non dissimulée et, épuisés, ils regagnèrent leurs appartements. Ils découvrirent leur appartement et Enyo sautillait partout, désignant tout du doigt avec une impatience farouche. « Non mais Neo, est-ce que tu as vu la taille des lits ?! Ils sont plus grands que celui de mes parents et le mien réuni ! Je sens que je vais me sentir comme une princesse. » Il aurait aimé lui dire qu’elle en était une et que si il y avait bien quelqu’un qui méritait de gagner c’était elle, mais Kaidan et ce fléau de recruteur étaient là, aussi il s’abstint. « Mangez, dormez bien. Demain, vous allez commencer les entraînements et il ne faut pas que vous vous montriez faibles devant les autres tributs. » Neo acquiesça et fila à table ; son ventre criait famine. « Kaidan ? Qu’est-ce que tu me conseilles si jamais … »

« T’as vu comment cette fille nous regarde ? » s’enquit Enyo en plantant ses ongles dans son avant-bras d’un air rageur. Il grimaça et leva les yeux. La fille du District 2 ne les lâchait pas des yeux, depuis le début. Elle était magnifique, avec ses cheveux bruns et ses yeux bleus ; elle lui ressemblait un peu. Elle avait un côté arrogant et farouche que Neo n’aurait pas trouvé déplaisant, dans d’autres circonstances. Elle sourit d’un air provocateur, sourire qu’il lui rendit sans ménagement. « Hé, qu’est-ce que tu fais ?! » s’exclama Enyo, avant de croiser les bras. Elle était jalouse. Hyperactif de nature, Neo trouva énormément de plaisir dans ces entraînements qui lui permirent de canaliser son énergie. Il passa notamment du temps du côté de la piscine artificielle, qu’Enyo et lui occupaient comme des princes. Personne ne réussit à les doubler durant la course, personne ne parvint plus vite qu’eux à s’y mouvoir et à attaquer. L’eau, c’était leur élément. Neo se montra également à l’aise avec un arc et des flèches, et à l’épée. Ce qui lui posa problème, en revanche, c’était les épreuves de force. Il n’était pas très grand et pas des plus musclés, aussi il comprit rapidement qu’il n’aurait l’avantage que tant qu’il serait dans l’eau ou à distance de ses adversaires. Assis sur le canapé de leur appartement de fortune, les deux gamins du district 4 attendaient les notes de leurs épreuves notées avec impatience. « District 4 … dit la voix du présentateur, Enyo Dubblewood : huit sur douze. Neo Bellacqua … Dix sur douze. » Son cœur manqua de s’échapper de sa poitrine, et ils s’étreignirent tous de soulagement. Peut-être que l’un des deux rentrerait chez lui, finalement. Neo l’espérait de tout cœur. De toute façon, seul l’espoir pourrait les conduire, à présent. Si ils étaient doués, ils ne seraient plus livrés qu’à eux même dans l’arène. Là-bas, ils ne seraient plus que des monstres, des fantômes sanguinaires qui erraient pour survivre. Parce que dans quelques jours, l’un des deux mourrait.

La dernière étape avant de rentrer dans l’arène, la dernière chance d’attirer des sponsors, c’était l’interview. Quand vers le tour de Neo, il tenta de garder son calme et s’avança en souriant vers le présentateur. « Bonsoir Neo, c’est un plaisir de te rencontrer. » Le jeune homme sourit encore et fit un signe de tête respectueux. « Tout le plaisir est pour moi. » Il frappa dans ses mains, amusé. « Très poli et … Mignon. N’est-ce pas, mesdames ? » Une clameur enjouée s’éleva du public et Neo rougit jusqu’aux oreilles, ne s’attendant pas à ce genre de réaction. « Ne fais pas le timide, mon cher Neo. Tu ne vas pas me dire que tu n’as pas de petite-amie, au District 4 ? A moins que ce ne soit cette petite créature blonde ravissante qui t’accompagne. On a tous vu ta réaction quand son nom a été tiré au sort. » Il se mordit la lèvre, se demandant quelle réponse il devait donner. Rester évasif, rester mystérieux, entretenir le désir et la curiosité. « Enyo et moi, on a presque grandi ensemble. Je me souviens quand on était petits, tous les garçons de mon âge étaient jaloux, parce que cette petite créature blonde ravissante comme vous dites me suivait partout. Et elle me suit toujours partout, maintenant encore. J’ai beaucoup de chance de l’avoir. » Un soupir général retentit dans la pièce, comme si ce qu’il venait de dire sortait tout droit d’un film à l’eau de rose émouvant. Il avait marqué un point ; parfait. Personne ne savait si ils sortaient ensemble ou non : les « célibataires mortes de faim » comme il s’amusait à les appeler, pouvaient continuer à se faire des idées pour lui et les plus malsains verraient un nouveau couple détruit avec une exaltation macabre durant les jeux. « Est-ce que tu penses gagner ? » La question piège. La question qu’il redoutait. Neo hésita quelques secondes et répondit : « Je pense la sauver, elle. » Ovation. « Et bien bon courage Neo, et puisse le sort t’être favorable. » « Merci. » répondit-il en lui serrant la main avant de s’éloigner. Son cœur tambourinait dans sa poitrine ; peu habitué à s’exprimer devant tant de monde. Mais le calvaire était loin d’être terminé. Parce que demain, il serait dans l’arène.


« 3 … 2 … 1. QUE LES JEUX COMMENCENT. » Le coup de canon retentit, et aussitôt ce fut la panique. Neo regarda Enyo partir en courant sans prendre le temps de s’emparer d’un sac ; leur plan confectionnait. En risquant sa vie, il la mettait à l’abri. Il se rua vers l’un des côtés, attrapa l’un des sacs au passage et s’apprêta à la rejoindre quand la fille du strict 2 se jeta sur lui. Neo grogna au moment où son corps s’affalait sur le sien et il la repoussa d’un coup de pied en pleine poitrine. Elle laissa échapper un cri de douleur et de rage. « C’est moi qui te tuerai. » lança-t-elle, les sourcils froncés. Il ne répondit rien, sachant qu’elle était sérieuse : depuis le début qu’elle l’avait pris pour cible et si il y avait bien quelqu’un qu’il devait craindre, c’était elle. Il réussit à échapper aux assauts des autres tributs et s’enfonça dans la forêt, sur les pas de la petite Enyo qui l’interpella depuis deux rochers entre lesquels elle s’était glissée. « Pssst, Neo ! » Il se laissa tomber à ses côtés et reprit sa respiration. Deux coups de canon retentirent et ils levèrent les yeux vers le ciel artificiel pour voir les noms des pauvres tributs qui n’avaient même pas eu le temps de commencer à se battre. « Déjà deux morts … Encore vingt-deux. » souffla-t-il. Enyo posa sa tête sur son épaule. « Y a quoi dans le sac ? » demanda-t-elle. Neo l’ouvrit et sortit les objets les uns après les autres. « Hmm … Une gourde, une couverture et … Un harpon ! Enyo, c’est un harpon ! Merci mon dieu ! » dit-il, ravi. La jeune fille ne partageait visiblement pas son enthousiasme. « Je ne sais pas m’en servir, je n’ai jamais pêché ! » gémit-elle. Neo se mordit la lèvre et écarquilla les yeux. « Mais … Pourquoi ? Enyo, tu te rends comptes à quel point c’est grave ? Notre technique de pêche, c’est notre technique de survie ici ! » « Je sais Neo, mais je n’ai … Je n’ai jamais pensé que je serais choisie ! » se lamenta-t-elle, avant de fondre en larmes. Il la serra contre lui et soupira. La sauver, à présent, ça relèverait du miracle et il n’était plus tellement sûr d’être en mesure de le faire.

L’arène se trouva être une invention fascinante et Neo en comprit vite le principe : « Toutes les six heures, c’est comme un changement de saison. » expliqua-t-il en attrapant une feuille d’arbre morte. « Donc, dans environ deux heures … » « Dans deux heures, il neigera. » conclue-t-il. Durant la soirée et la journée du lendemain, il y eut sept nouveaux coups de canon annonçant des décès. Chaque fois que Neo levait les yeux pour voir qui était mort, il espérait voir le visage de cette fille du District 2. Mais elle était bien trop forte pour se faire tuer, et le jeune savait que tôt ou tard il devrait l’affronter. C’est moi qui te tuerai. Il frissonna et se remit en route. C’était peut-être le deuxième, le troisième ou le quatrième jour, Neo ne savait plus. Il avait perdu toute notion du temps, se repérant seulement aux changements de saisons. Il avait attendu que ce soit le printemps pour sortir pêcher. Jusqu’à maintenant, Enyo et lui s’étaient contentés de fruits trouvés sur les arbres mais ils mourraient de faim. Enyo était restée cachée dans leur nouvel abri alors que, armé du harpon, Neo s’était aventuré dehors. Il fit un petit tas sur la couverture étalée derrière lui et s’apprêta à pêcher le dernier du banc quand un grognement sourd lui parvint, dans son dos. Neo se retourna vivement et se retrouva face à une sorte de loup géant, avec des dents qui semblaient faites de fer et de rouille. Son grondement féroce ne laissait rien présager de bon. « Oh non … » murmura-t-il. Pourrait-il tuer une telle bête avec un simple harpon ? Il se baissa lentement et attrapa un poisson, avant de le lancer dans la direction de l’animal qui l’avala au vol. Après quelques secondes, le loup se mit à pousser des gémissements suraigus et se tordit de douleur au sol … Et mourut. Non seulement il venait de s’en sortir, mais en plus il avait découvert que ses poissons étaient empoissonnés. Il avait au moins évité de tuer Enyo et de se suicider. « Hé, District 4 ! » Bien entendu, ça avait rameuté du monde. Une fille aux longs cheveux blonds, assez ronde et joufflue, le narguait du haut d’une branche. « Qu’est-ce qu’il y a, toi aussi tu veux du poisson ? » lança Neo, sur le même ton. Il ne se laisserait pas marcher dessus, jamais. La fille glissa au sol et ricana. « Pauvre petit District 4, tu es tout seul maintenant ! » Il fronça les sourcils. « Qu’est-ce que tu veux dire ? » Un coup de canon retentit, et pour la première fois depuis l’annonce de la moisson, son monde s’écroula de nouveau. Alors il s’élança sur le tribut du district 1 et planta son harpon dans son ventre. BOUM. Ils n’étaient plus que douze.

« Réveille-toi Enyo, je t’en prie, réveille-toi ! T’es qu’une gamine bordel, tu peux pas mourir ! » Il essuya son visage ensanglanté du revers de sa manche. En courant pour la rejoindre, il s’était égratigné aux branches et aux feuilles sur sa route. Il avait trouvé son corps là où il l’avait laissée et sa beauté paraissait à présent surréaliste. Elle irradiait et ses cheveux blonds formaient un halo autour de son visage angélique. Neo posa ses lèvres sur les siennes, tenta de lui faire du bouche à bouche en vain. « Il est là, grouillez-vous ! » s’exclama une voix masculine, plus loin, entre les arbres. « Je t’aime En’, je t’aime … Désolé, je dois te laisser. Excuse-moi de ne pas avoir su te protéger. » murmura-t-il en l’embrassant encore. Il se releva et repartit à la hâte, dévasté de l’abandonner là comme un vulgaire bout de viande. C’était comme si il la trahissait une deuxième fois. S’il avait pu, Neo serait resté pleurer sur son corps. Mais à présent il devait gagner, pour lui, pour elle, pour la famille Dubblewood et notamment la grande sœur d’Enyo, et pour ses propres parents. Le jeune homme eut alors l’idée géniale de laisser tomber les poissons qu’il avait péchés derrière lui. Comme il s’y attendait en se cachant, les trois tributs qui le poursuivaient s’arrêtèrent et rirent de bon cœur. « Cet idiot a laissé tomber sa bouffe. Moi j’ai la dalle, pas vous ? » Ils hochèrent la tête et allumèrent un petit feu pour les faire cuire. Neo détestait voir les gens souffrir, détestait tuer. Mais ils avaient abattu Enyo, alors cette vengeance était méritée. Au moment oùs ils commencèrent à appuyer sur leurs ventres et à se lancer des regards alarmés, Neo sortit de sa cachette avec un grand sourire amer. « Salut, vous me cherchiez ? » Il s’avança un peu et croisa les bras. « Ah, vous avez trouvé mes poissons ! Ils étaient bons ? » L’un d’eux se mit à vomir et ses souffrances prirent fin. BOUM|/i]. Et les deux autres suivirent rapidement. [i]BOUM. BOUM. Ils n’étaient plus que neuf. « Pour Enyo Dubblewood, District 4. » lâcha-t-il avant de se retourner pour trouver une autre cachette. Mais son bonheur fut de courte durée.

Une douleur lancinante à l’épaule lui arracha un cri de douleur. Il fut pris de nausée et sa tête tournait, il se sentit défaillir. A tâtons, il appuya là où la douleur lui donnait l’impression de brûler entièrement et il faillit vomir à son tour en touchant la flèche qui avait traversé sa chair. Un petit garçon qui devait être le plus jeune de tous, avec ses cheveux frisés et son air malicieux, s’avança vers lui, près à l’achever. Neo hésita un instant à le laisser faire, épuisé. Mais il ne pouvait pas ; une promesse était une promesse. Au moment où celui-ci allait se jeter sur lui avec sa dague, Neo, plus grand en taille et possédant une force nettement supérieure, s’empara de sa touffe monumentale de cheveux et lui tira la tête en arrière si fort qu’il tomba, entraînant Neo dans sa chute. Ce dernier, mu par un sentiment exaltant qu’il ne s’était encore jamais connu, frappa sa tête encore et encore sur les roches qui dépassaient du sol moussu. Il lui avait certainement cassé le nez si il en jugeait par les bruits atroces que faisait son visage en s’écrasant sur le sol, mais il ne pouvait pas s’arrêter là. Quand l’enfant cessa de se tortiller sous le poids de son corps, il cessa enfin. Neo passa ses mains sur son visage et contempla son œuvre avec horreur et fascination. Alors il fondit en larmes, ne se gênant absolument pas ; Qu’importait les sponsors, les millions de spectateurs, qu’importait qu’on se moque de lui ou le prenne pour un faible : il détestait ce qu’il était en train de devenir. BOUM. Ce que le capitole le forçait à devenir. Ils avaient ce qu’ils voulaient : lui faire perdre toute humanité. Il n’était plus question de bonnes manières, de respect ou de courage, de valeur ou de technique : maintenant, il fallait survivre et détruire. Le reste n’importait pas, tant que ça finissait dans un bain de sang et que ça comblait les fantasmes malsains et mortuaires des habitants du capitole et parfois des Districts. « Désolé à toi, et désolé à ta famille. » Et il s’évanouit, la douleur et la perte de sang devenant insupportable.

Ce fut au cours du sixième jour que les dix-septièmes Hunger Games prirent fin. Ils n’étaient plus que quatre et la tension était à son comble. L’épaule de Neo avait un peu guéri : après s’être réveillé, il avait trouvé près de lui une sorte de petit ballon dans lequel de la pommade cicatrisante l’attendait. Avec toute la volonté du monde il avait extrait la flèche et avait remercié les sponsors à de nombreuses reprises, ainsi que son mentor qui avait certainement joué en sa faveur. Il se promit de faire n’importe quoi pour Kaidan s’il sortait d’ici en vie. BOUM. Neo leva les yeux. « Pitié, faites que ce soit elle … » supplia-t-il. Toujours pas. Raté. Il soupira, ils n’étaient plus que trois. Ils se retrouveraient forcément, alors pourquoi attendre davantage ? Neo s’enroula dans sa couverture, alors que la neige fouettait son visage et ses cheveux. Le printemps approchait, et il avait hâte. Dans ces tourbillons de neige, il était difficile de distinguer le mirage de la réalité et il était vulnérable. Mais s’il l’était, alors la District 2 et le District 7 qui restaient l’étaient aussi. Il décida de retourner là où avaient été entreposés les sacs au début des Hunger Games. Quand il aperçut les deux tributs se battant au corps à corps, Neo se cacha derrière la pile de sacs à la recherche d’une arme qui pourrait l’aider, ayant perdu son harpon au cours de sa fuite. Comme il s’y attendait, le district 7 fut tué. BOUM. Neo pensa d’abord attaquer la jeune fille à la traitre, par derrière, mais ne trouvant pas d’arc il s’empara d’une épée et sortit. Le temps se dérégla encore et le printemps revint. Il devait être aux alentours de midi. « Tient, District 4 … Je t’avais bien dit que c’est moi qui te tuerais ! Tu sais, je ne suis pas surprise que tu sois encore là. On t’a déjà dit que tu avais des beaux yeux ? J’adore ton regard. Neo Bellacqua … » Neo sourit. « Tu sais, la première fois que je t’ai vue, je me suis dit que tu aurais pu être mon genre de fille, que tu l’étais même, si tu n’étais pas aussi arrogante et sûre de toi. » Elle sembla satisfaite, quoi que quelque peu surprise. « Mais voyons, tu sais aussi bien que moi que tu n’as aucune chance ! Tu ne sais pas te servir d’une épée ! » Neo haussa les épaules. « Je n’en aurai pas besoin. » répondit-il seulement. Elle fronça les sourcils. « Qu … Quoi ? » Il fit un signe de tête pour qu’elle se retourne mais, avant même qu’elle ait le temps, le même animal qui s’était empoisonné avec le poisson se jetait sur elle et lui arrachait la tête. BOUM. Neo posa son pied sur son flanc et lui coupa la tête avec son épée afin de ne pas se faire attaquer lui-même. « District 3 Neo Bellacqua remporte les dix-septième Hunger Games. »


« Neo. » Il se retourna, et regarda kaidan s'approcher de lui. Il ne se força pas à sourire devant son mentor et ami, qui avait connu cette épreuve devant lui. Non, devant lui, pas besoin de complexer. Ce dernier le serra dans ses bras et Neo réagit à peine, épuisé, las de tout. « Tu aimais Enyo, je le sais. Et je comprends que ça soit dur pour toi de revenir sans elle ». Neo baissa les yeux et serra la mâchoire. Je laisse le silence s’installer quelques secondes, et je reprends la parole. « Quand j’étais dans l’arène, je suis tombé amoureux d’une fille d’un autre district. Elle s’appelait Lara ». Il lève la tête pour l'observer. « Je ne la connaissais pas depuis toujours, comme toi avec Enyo. Je l’ai rencontrée pendant l’entraînement. Je lui avait fait la promesse que je la protègerais, une fois dans l’arène. Que si nous étions les deux derniers, je me tuerais ». Neo ne dit rien. Il attendait la fin de l’histoire. « Elle s’est faite tuer par la fille du district 1. Alors, je l’ai poursuivie. Et je l’ai battue à mort ». Neo acquiesça, se souvenant de cette scène. « J’ai culpabilisé pendant des jours. Jusqu’au moment où on a annoncé que j’étais le dernier survivant ». Neo s’apprêta à parler, mais il l'en empêcha. « Neo, je suis ton mentor, mais je suis surtout ton ami. Vous ne pouviez pas revenir tous les deux ». Il posa une main sur son bras et Neo hésita à se dégager, n'aimant plus qu'on le touche. « Tu garderas toujours ce traumatisme. Parce que tu as tué des gens, et que ça ne s’oublie pas. Mais ne culpabilise pas pour elle ». Il tapota son bras et Neo soupira. « Merci Kaidan. Merci pour tout. » lança-t-il au moment où celui-ci retournait à la salle à manger, avec les autres.

« Elin, je … Je suis vraiment … » Désolé ? Il n’arrivait pas à le dire. La furie blonde aux yeux bleus s’élança vers lui les yeux brillants de larmes. Neo se prépara à se prendre la gifle du siècle mais au lieu de ça, elle le prit dans ses bras et ses sanglots redoublèrent d’intensité. « Je suis tellement contente que tu sois revenu, tellement, tellement contente … » se lamentait-elle entre deux crises de larmes. Neo se pinça les lèvres pour ne pas pleurer à son tour, s’efforçant de consoler Elin Dubblewood. Avant ce jour, la sœur d’Enyo ne lui avait presque jamais adressé la parole. Elle aurait dû le haïr de revenir au lieu de sa sœur. Pourtant, tous deux avaient le même âge. Parait-il qu’ils étaient trop gamins pour elle. Elin deviendrait pourtant la personne la plus importante de sa vie, la seule à comprendre ce qu’il ressentait vraiment. Au cours des mois qui suivirent, quand Neo ne fut pas entouré de journalistes, de stylistes, maquilleurs, quand la tournée des vainqueurs fut achevée … Il passa le plus clair de son temps avec elle. Elin était le dernier lien qu’il avait avec Enyo. C’était terriblement malsain de chercher son amour défunte en sa sœur, mais il ne pouvait plus s’en passer. Il devenait complètement fou, se réveillait en hurlant la nuit, se sentait sale, souillé. Personne ne pouvait comprendre le calvaire qu’il vivait. Quand il fermait les yeux, il revoyait les visages de ces enfants morts, de ces trois abrutis qu’il avait volontairement empoisonnés, de cette grosse blonde à qui il avait donné un coup de harpon dans le ventre, de ce gamin bouclé à qui il avait écrasé le nez avant de le tuer, de cette fille du district 2 qu’il avait laissé se faire dévorer par le loup géant aux crocs mécaniques. « Neo, Neo ! » scandait-on à son passage. Lui avait seulement envie de disparaître, qu’on l’oublie. Il ne supportait plus rien ni personne, n’importe quelle source de bruit était une agression constante. Généralement, il allait s’asseoir sur la plage ou pêcher, loin du reste du monde. Cela faisait huit ans … Huit ans qu’il en était revenu. Il avait vingt-trois ans, et à son tour il deviendrait mentor. Rorig et Elin étaient assis sur la plage et l’observaient pêcher. Tous deux ne le lâchaient pas d’une semelle sans pour autant être lourds. Il acceptait leur présence qui avait toujours été naturelle et désintéressée, tout comme celle de Kaidan et cette nouvelle gagnante du District 5, Jo-Beth Lamont. Et il sentait que peu à peu il serait capable de recommencer à vivre, même si jamais il n’oublierait cette année qui avait à jamais changé le cours de son existence.



_________________
❝ we blame society but we are society.


Dernière édition par Neo Bellacqua le Jeu 25 Avr - 19:54, édité 38 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Tributs tués : 267
Pseudo : THE @lice
Avatar : Saoirse Ronan
Age : 22 ans
Habite au : district cinq
Emploi : Chasseuse car elle ne peut plus travailler à l'usine
Humeur : Aveugle, c'est peut-être pas une humeur, mais disons que sinon, ça peut aller.
Idéologie : neutre, elle n'a aucune raison d'haïr ou d'adorer le capitole

MessageSujet: Re: neo ▲ don't give up just because things are hard.   Jeu 25 Avr - 13:51

Bienvenue et Excellent choix d'avatar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Tributs tués : 77
Pseudo : Alaska.
Avatar : Logan Lerman.
Age : 23 ans.
Habite au : district quatre
Emploi : Pêcheur.
Humeur : Troublé.
Idéologie : Anti-Capitole.

MessageSujet: Re: neo ▲ don't give up just because things are hard.   Jeu 25 Avr - 14:08

Merci beaucoup et je te retourne le compliment.

_________________
❝ we blame society but we are society.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Tributs tués : 112
Pseudo : Unserious
Avatar : Jim Sturgess
Age : 24
Habite au : district quatre
Emploi : mentor
Humeur : troublé
Idéologie : anti-capitole

MessageSujet: Re: neo ▲ don't give up just because things are hard.   Jeu 25 Avr - 14:24

J'aime beaucoup le début de ta fiche
Et effectivement, bon choix d'avatar ! (et de nom, et de district Very Happy )

Edit - Ton perso est censé avoir gagné quand ? Normalement le mien est plus ou moins mentor du quatre depuis 10 ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Tributs tués : 77
Pseudo : Alaska.
Avatar : Logan Lerman.
Age : 23 ans.
Habite au : district quatre
Emploi : Pêcheur.
Humeur : Troublé.
Idéologie : Anti-Capitole.

MessageSujet: Re: neo ▲ don't give up just because things are hard.   Jeu 25 Avr - 14:27

Merci beaucoup Kaidan, et que dire de Sturgess ?
Les 17eme HG sont libres, il sera donc gagnant des 17ème ! C'est toi mon mentor, donc ?

_________________
❝ we blame society but we are society.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Tributs tués : 112
Pseudo : Unserious
Avatar : Jim Sturgess
Age : 24
Habite au : district quatre
Emploi : mentor
Humeur : troublé
Idéologie : anti-capitole

MessageSujet: Re: neo ▲ don't give up just because things are hard.   Jeu 25 Avr - 14:28

Normalement oui
Faut que je change un détail du coup, j'avais pas prévu qu'il y ait eu trop de gagnants du quatre, mais ça me fait super plaisir. (et vu l'âge et la personnalité, je suis sûre qu'ils s'entendront à merveille)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Tributs tués : 77
Pseudo : Alaska.
Avatar : Logan Lerman.
Age : 23 ans.
Habite au : district quatre
Emploi : Pêcheur.
Humeur : Troublé.
Idéologie : Anti-Capitole.

MessageSujet: Re: neo ▲ don't give up just because things are hard.   Jeu 25 Avr - 14:33

Mais grave ! Je comptais parler d'un gagnant ou une gagnante dans ma fiche là, mais du coup je peux parler de toi ?

_________________
❝ we blame society but we are society.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Tributs tués : 112
Pseudo : Unserious
Avatar : Jim Sturgess
Age : 24
Habite au : district quatre
Emploi : mentor
Humeur : troublé
Idéologie : anti-capitole

MessageSujet: Re: neo ▲ don't give up just because things are hard.   Jeu 25 Avr - 14:35

Bien sûr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Tributs tués : 77
Pseudo : Alaska.
Avatar : Logan Lerman.
Age : 23 ans.
Habite au : district quatre
Emploi : Pêcheur.
Humeur : Troublé.
Idéologie : Anti-Capitole.

MessageSujet: Re: neo ▲ don't give up just because things are hard.   Jeu 25 Avr - 14:36

Merci, c'est cool ! Ma fiche sera terminée en fin d'après-midi je pense, j'ai une poussée de motivation et d'inspiration ! Si jamais ce que j'ai écrit à propos de toi ne te convient pas, n'hésite pas à me le dire et je changerai

_________________
❝ we blame society but we are society.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Tributs tués : 161
Pseudo : Liquorice wand
Avatar : Jennifer Lawrence
Age : 18
Habite au : district quatre
Emploi : aucun
Humeur : dépressive
Idéologie : neutre

MessageSujet: Re: neo ▲ don't give up just because things are hard.   Jeu 25 Avr - 16:52

UN GAGNANT DU 4, UN GAGNANT DU 4.
Alors, toi, un lien, tout de suite, là, maintenant
Alors bienvenue, je lirai ta fiche très prochainement (doit terminer la sienne vite, vite)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Tributs tués : 77
Pseudo : Alaska.
Avatar : Logan Lerman.
Age : 23 ans.
Habite au : district quatre
Emploi : Pêcheur.
Humeur : Troublé.
Idéologie : Anti-Capitole.

MessageSujet: Re: neo ▲ don't give up just because things are hard.   Jeu 25 Avr - 16:54

OH OUI UN LIEN MAINTENANT TOUT DE SUITE
Quand j'arriverai à la dernière partie de mon histoire je te mpotterai pour qu'on en trouve un ou alors si tu as une idée n'hésite pas, comme ça je pourrai parler de ton personnage dedans !
Pas de souci, lis quand tu as le temps.

_________________
❝ we blame society but we are society.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Tributs tués : 161
Pseudo : Liquorice wand
Avatar : Jennifer Lawrence
Age : 18
Habite au : district quatre
Emploi : aucun
Humeur : dépressive
Idéologie : neutre

MessageSujet: Re: neo ▲ don't give up just because things are hard.   Jeu 25 Avr - 16:56

Mais avec graaand plaisir, mon petit Neo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Tributs tués : 112
Pseudo : Unserious
Avatar : Jim Sturgess
Age : 24
Habite au : district quatre
Emploi : mentor
Humeur : troublé
Idéologie : anti-capitole

MessageSujet: Re: neo ▲ don't give up just because things are hard.   Jeu 25 Avr - 18:08

J'adore ce que tu as écrit, il n'y a aucun souci pour moi. Le fait que Neo ait été envoyé avec Enyo rend l'histoire encore plus touchante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Tributs tués : 77
Pseudo : Alaska.
Avatar : Logan Lerman.
Age : 23 ans.
Habite au : district quatre
Emploi : Pêcheur.
Humeur : Troublé.
Idéologie : Anti-Capitole.

MessageSujet: Re: neo ▲ don't give up just because things are hard.   Jeu 25 Avr - 18:17

Cool, contente que ça te plaise Je crois que j'aurais pleuré si j'avais du recommencer (a) Oui, c'est ce que je me suis dit, et du coup ça me permettra de faire avancer mon personnage. Si il avait simplement gagné et qu'il était rentré tout heureux de retrouver sa chérie, y aurait pas eu de consistance

_________________
❝ we blame society but we are society.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Tributs tués : 51
Pseudo : Lilice
Avatar : Bailee Madison
Age : 12 ans
Habite au : district un
Idéologie : neutre

MessageSujet: Re: neo ▲ don't give up just because things are hard.   Jeu 25 Avr - 19:29

Bienvenue

Et je veux un lien avec toi ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Tributs tués : 77
Pseudo : Alaska.
Avatar : Logan Lerman.
Age : 23 ans.
Habite au : district quatre
Emploi : Pêcheur.
Humeur : Troublé.
Idéologie : Anti-Capitole.

MessageSujet: Re: neo ▲ don't give up just because things are hard.   Jeu 25 Avr - 19:35

Merci ! Comment dire non à un lien avec Bailee Madison ? Ca risque d'être négatif, mais y a moyen de trouver quelque chose de sympa petite district 1 !

_________________
❝ we blame society but we are society.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Tributs tués : 51
Pseudo : Lilice
Avatar : Bailee Madison
Age : 12 ans
Habite au : district un
Idéologie : neutre

MessageSujet: Re: neo ▲ don't give up just because things are hard.   Jeu 25 Avr - 19:43

je vais y réfléchir xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Tributs tués : 77
Pseudo : Alaska.
Avatar : Logan Lerman.
Age : 23 ans.
Habite au : district quatre
Emploi : Pêcheur.
Humeur : Troublé.
Idéologie : Anti-Capitole.

MessageSujet: Re: neo ▲ don't give up just because things are hard.   Jeu 25 Avr - 21:06

Moi aussi

_________________
❝ we blame society but we are society.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Tributs tués : 286
Pseudo : Prim
Avatar : Emma Stone
Age : vingt-cinq ans
Habite au : capitole
Emploi : commentatrice des Hunger Games
Humeur : ça dépend, mais un peu sonnée je dirais
Idéologie : on croit qu'elle est pro-Capitole, mais c'est le contraire

MessageSujet: Re: neo ▲ don't give up just because things are hard.   Jeu 25 Avr - 22:51


Je tiens à te dire que ta fiche est validée
Le staff te souhaite une nouvelle fois la bienvenue sur le forum, nous espérons sincèrement que tu plairas parmi nous. Afin qu'aucun oubli ne sois commis, passe faire un tour dans le bottin des avatras. Tu peux également poster tes scénarios, sans en abuser malgré tout et ouvrir une fiche de liens ! Nous te conseillons de bien remplir les divers recensements pour un meilleur jeu. Nous te donnons RDV dans la zone de flood si tu n'as pas déjà découvert ce paradis. Bon RP à toi et au plaisir ♥️


je te souhaite la bienvenue parmis nous ! contente de te retrouver ici j'adore ton histoire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Tributs tués : 161
Pseudo : Liquorice wand
Avatar : Jennifer Lawrence
Age : 18
Habite au : district quatre
Emploi : aucun
Humeur : dépressive
Idéologie : neutre

MessageSujet: Re: neo ▲ don't give up just because things are hard.   Ven 26 Avr - 21:06

Ta fiche est juste trop bien écrite, un vrai plaisir à lire, mais tellement triste
Petite précision, Jo est du 4, non du 5, hihi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: neo ▲ don't give up just because things are hard.   

Revenir en haut Aller en bas
 

neo ▲ don't give up just because things are hard.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Give me a Hell Yeah!! ^^
» Give me a reason to love you
» Kylee - Never give up ! (début juin)
» Dirty Pretty Things
» 1x04 : Cripples, Bastards and broken things

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PANEM :: GENÈSE DU PERSONNAGE :: ▷ présentations :: ACCEPTÉS-